Hebdo 39 Dole - Auxonne

Exclusif : l'envers du décor du Centre de Supervision Urbain

  • 83 caméras sont actuellement opérationnelles un peu partout sur l'ensemble de la ville. Bientôt, ce sera 88.
  • 83 caméras sont actuellement opérationnelles un peu partout sur l'ensemble de la ville. Bientôt, ce sera 88.
  • Le Centre de Supervision Urbain est un lieu particulièrement confidentiel...
Visite privée du Centre de Supervision Urbain. Grande salle située au deuxième étage du bâtiment occupé par la police municipale (23, avenue Georges Pompidou), équipée de plusieurs écrans affichant en direct les images filmées par les 83 caméras de vidéosurveillance que compte la ville. Une vraie balade virtuelle...

Pas moins de 83 caméras sont actuellement dispatchées un peu partout, au travers de la ville.
Pour mémoire, il y en avait déjà une vingtaine en place sous l'ancienne mandature municipale. Mais bientôt, ce chiffre passera à 88.
Le système de captation d'image qui équipe le Centre de Supervision Urbain est composé de matériel dernier cri, ultra performant (il est facile de pouvoir zoomer à 300 mètres pour lire une plaque d'immatriculation), le tout relié en réseau fibre optique autonome.
Les images sont stockées sur place une dizaine de jours, légalement, elles peuvent l'être jusqu'à 30 jours.
A l'intérieur du CSU, on trouve 8 écrans, chacun pouvant se découper en 8 portions d'image différentes. 
Tout cela est surveillé par un ou deux opérateurs, selon les jours et heures d'affluence.
Le système est très performant, ce jeudi matin, où nous étions sur place, il nous a par exemple été très facile de pouvoir suivre en permanence au travers de la ville, les déambulations de promeneurs ou passants plus ou moins suspects...

Une image remplace 60 feuillets d'audition !

Le coût du dispositif total d'élève à 500 000 euros, la majeure partie a été couverte grâce à l'obtention de diverses subventions.
"L'investissement est à la hauteur des attentes de la population en terme de sécurité" observe le député-maire Jean-Marie Sermier, évidemment satisfait de l'efficacité du dispositif.
"Pour les manifestations telles que la Fête de la musique, Cirque et fanfares ou le Week-end gourmand du chat perché, nous avons une vue sur l'ensemble de la ville ! Ce qui facilite grandement notre tâche..." indique David Kleisler, chef de la Police Municipale de Dole.
"Si nous décelons une activité suspecte, nous demandons alors immédiatement à une patrouille de se rapprocher. Ce qui génère très vite une présence dissuasive !" poursuit-il.
Grâce au support vidéo, l'élucidation des enquêtes judiciaires s'en retrouve sensiblement améliorée.
"Une image est une preuve irréfutable devant un tribunal. Elle remplace parfois près de 60 feuillets d'audition. C'est dire si cela permet de gagner du temps et de l'argent !" note le directeur de la prévention et de la tranquillité publique.
Et pour cause, depuis 6 mois que le CSU est pleinement opérationnel, pas moins de 35 réquisitions ont déjà eu lieu. "2 à 3 fois par semaine, les enquêteurs sont là. Comme quoi la nécessité de disposer d'un tel outil est bien utile" conclut David Kleisler.







Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


Les articles de la semaine

L'Agriculture oeuvre à sa mutation

Des dossiers compliqués mais quelques satisfactions à la clé Lundi dernier s’est tenue la session de la Chambre d’Agriculture du Jura à la Maison des Agriculteurs à Lons-le-Saunier. Ce temps fort de l’année est l’occasion pour ses différents acteurs d'évoquer l’année qui vient de s’écouler ainsi que les diverses actions ou projections futures. Extraits.
Publié le 11/12/2017



Bloc-notes



Les journaux partenaires

© 2013-2017 Hebdo 39 Dole - Auxonne • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales