Hebdo 39 Dole - Auxonne


L'invité de la semaine : Dragan Montini

  • L'équipe d'Agate Paysages. De gauche à droite : Christophe Parisot, Noémie Poncet, Carole Hubert, Dragan Montini, Gérard Pham, Stéphanie Comte et Jérémy Chrétien.
  • L'équipe d'Agate Paysages. De gauche à droite : Christophe Parisot, Noémie Poncet, Carole Hubert, Dragan Montini, Gérard Pham, Stéphanie Comte et Jérémy Chrétien.
Il est le directeur général de l’association Agate Paysages, une association d’insertion de personnes en difficulté, spécialisée dans l’environnement par la gestion de plusieurs équipes d’emplois verts et de chantiers environnementaux ; dans l’animation du territoire par la gestion de trois relais d’accueil et de services ; dans les services à la personne grâce à son association Tempo. Rencontre.

Dragan Montini. Quels sont vos objectifs ?

D’abord, le développement de l’offre d’insertion et l’emploi local. Agate Paysages veut permettre à des personnes sur tous les bassins de vie du Jura de retrouver des sensations au travail, après en avoir été éloignées pendant des années pour différentes raisons.

Qui sont ces personnes ?

Ce sont généralement des personnes en recherche d’emploi. L’idée est de permettre à ces personnes qui sont souvent très loin de l’emploi, mais qui cumulent aussi des difficultés, des freins à l’emploi, qui sont liées au logement, à la santé notamment, de pouvoir à la fois s’occuper de tous ces aspects, d’un budget qui peut aussi être en difficulté, et puis de pouvoir construire, rebâtir, un projet professionnel pour rebondir.

Votre logo est agrémenté de vert et il y a le mot paysages. Votre principale activité, c’est l’entretien des espaces verts et de l’environnement en général. Dites-nous en plus...

Nous nous inscrivons en effet dans la politique menée par le département depuis plus d’une vingtaine d’années, une démarche pilote sur les emplois verts en lien avec les communautés de communes et les communes du territoire.

Cela nécessite-t-il des compétences particulières ?

C’est abordable en cela qu’il y a vraiment une démarche de formation avec les encadrants techniques et pédagogiques et sociaux qui ont le rôle principal de favoriser la familiarisation avec l’outillage, de travailler en sécurité et en efficacité aussi.
Ils organisent et planifient le travail et sont en lien avec les donneurs d’ordre. Pour la majorité, ce sont les communes et communautés de communes. Les particuliers représentent une part infime d'environ 5 %.

C’est un travail valorisant !

Oui, nos salariés sont des artisans de l’entretien du patrimoine jurassien...
Non seulement, ils contribuent à cet entretien, mais en même temps à sa valorisation par des travaux qui sont parfois herculéens comme ceux autour des rivières. L’objectif étant de favoriser leur écoulement pour éviter qu’elles débordent. Nous bénéficions d’une politique départementale très volontaire sur l’entretien de notre patrimoine naturel et la confiance qui se tisse depuis des années grâce à un travail mené sérieusement.

Un mot sur votre équipe bûcheronnage ?

C’est une petite équipe de huit personnels et un encadrant avec un assistant. Lorsque les personnes entrent dans l’équipe, elles savent qu’elles sont amenées à couper avec des tronçonneuses donc elles doivent être formées obligatoirement et suivre aussi une formation santé sécurité au travail par des sauveteurs-secouristes.
Cette formation est proposée par le CFPPA de Besançon ou elle est faite en interne.

Où sont réalisés ses travaux ?

Dans les forêts publiques. Nous nous positionnons sur des ventes proposées par l’ONF. Ce sont des affouages souvent laissées par des affouagistes. Cela permet de faire de l’affouage à moindre coût que les communes peuvent revendre à leurs administrés.

Ces personnes se découvrent-elles parfois un intérêt pour ce métier ?

Bien sûr ! 
On a par exemple le cas d’une personne qui est rentrée, à qui l’abattage a plu et qui voudrait en faire son métier.

Comment fonctionnez-vous dans vos relais d’accueil et de services ?

Il y a une adéquation avec le besoin ressenti par la personne qui vient.
Des fois, cela se limite à de l’information et la remise de brochures, des fois à la constitution d’un dossier.
Notre rôle est de coller aux besoins de la population qui se manifeste à nous de différentes façons, par les élus, les acteurs du tissu associatif, des partenaires locaux…
C’est du sur mesure suivant les structures. Notre rôle est vraiment de répondre de manière adéquate aux besoins du territoire et surtout pas de faire du copier-coller d’un bassin à un autre.

Combien de personnes viennent taper à notre porte ?

Des milliers chaque année...
Une personne peut avoir parfois plusieurs demandes, qui ont trait à la Caf, à Pôle emploi…
Le volet emploi est important et notre rôle est de favoriser les techniques de recherche d’emploi et la mise en place d’ateliers comme l’atelier CV ou préparation aux entretiens d’embauche avec des partenaires entreprises. Nous favorisons la mise en lien du demandeur d’emploi et de l’entreprise locale qui recherche.

Cela favorise la rencontre…

L’atelier est parfois un prétexte de créer du lien sur nos territoires qui ont quelquefois tendance à se désertifier.

Enfin, un mot sur le financement général ?

Nous nous inscrivons dans la politique d’insertion par l’activité économique et notre association est à près de 80 % sur un financement public.
Alors il y a du fonds social européen, le Département dans le cadre de son plan départemental d’insertion et puis il y a aussi l’aide au poste gérée par l’Etat et la Direccte en particulier et les communautés de communes qui participent également et qui favorisent ainsi la pérennité de l’activité pour proposer des supports pédagogiques aux personnes qui viennent sur nos chantiers.

 

 


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


Les articles de la semaine

Reprise économique, baisse du chômage, réforme préfectorale : tendances et perspectives...

L'actualité jurassienne, point par point Déjà évoqués pour certains avant l'été, de nombreux sujets ont été échangés entre la presse jurassienne et le préfet Vignon, désireux de garder le contact avec la population. Morceaux choisis.
Publié le 16/10/2017



Bloc-notes

Soirée célibataire à pleure

Publié le 06/10/2017


Les journaux partenaires

© 2013-2017 Hebdo 39 Dole - Auxonne • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales