Hebdo 39 Dole - Auxonne

Le Préfet du Jura mobilise ses services pour l'élimination des violences à l'égard des femmes

  • Richard Vignon, Préfet, Danièle Bavoux, Présidente CoopAgir, Nicolas Ventre, Sous-Préfet Dole, Pascal Jobez, Elu en charge des politiques de Santé.
  • Richard Vignon, Préfet, Danièle Bavoux, Présidente CoopAgir, Nicolas Ventre, Sous-Préfet Dole, Pascal Jobez, Elu en charge des politiques de Santé.
  • Poser un éclairage sur ces différents intervenants sociaux permet de montrer que le département du Jura est dynamique et doté de services prêts à agir.
Le Préfet du Jura s'est rendu mardi dernier à l'association CoopAgir, afin de visiter les locaux, rencontrer les équipes et écouter les témoignages de femmes victimes de violence.

 

Fin 1993, l’Assemblée Générale des Nations Unies adoptait la Déclaration concernant l’élimination de la violence à l’égard des Femmes et c’est en 1999 qu’elle proclamait le 25 novembre journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.
A partir de là tous les gouvernements et organisations internationales ou non gouvernementales (ONG) mettent en place des activités permettant de sensibiliser le grand public à cette problématique. Cette date a été retenue en hommage aux sœurs Mirabal qui avaient été assassinées en République Dominicaine le 25 novembre 1960 sur les ordres du dirigeant Rafael Trujillo.

Aujourd’hui, la violence à l’égard des femmes et des filles constitue l’une des violations des droits de l’homme les plus répandues, les plus persistantes et les plus dévastatrices dans le monde.

Cet acte ne fait que renforcer les inégalités en femme et homme et est donc une véritable discrimination.
Parce qu’il est impossible de rester inactif devant une telle ampleur de « crime contre la femme », faisons de la prévention, menons des actions, écoutons les témoignages pour qu’ils laissent voir l’inacceptable mais aussi la capacité de résilience de la femme et la force de la main tendue permettant de sortir de la spirale négative.

Ne laisser personne de côté

 

Les chiffres parlent d’eux-mêmes avec 223 000 femmes victimes de violences conjugales en France, en 2015, sachant que seules 14% portent plainte. En 2016, 109 femmes sont décédées suite à ces violences.

50% des femmes victimes de violences sexuelles ont moins de 15 ans. 44 % des femmes ont été victimes de viol et une femme sur quatre l'a été par son conjoint ou ex-conjoint. La plupart d’entre elles connaissent leur agresseur.

En France, l’Etat est acteur comme avec le 5ème plan de mobilisation et de lutte contre toutes les violences faites aux femmes 2017 / 2019 avec comme thème « le sexisme tue ».
Dans le Jura, le Préfet se mobilise et décide cette année de « suivre le parcours une femme victime ».
Le but est de montrer le travail pertinent des divers professionnels accompagnant qu’ils soient institutionnels ou associatifs. C’est en effet d’une manière éthique et authentique, qu’il va côtoyer, le temps d’une journée, ces professionnels du social qui savent associer les 3 H (humanité, humilité honneur) en montrant que la violence n’est pas une fatalité. En effet, des solutions existent en prévention, en réparation et en reconstruction.

Le parcours type d’une femme victime...


Céline Jusselme, Déléguée départementale aux droits des femmes et à l’égalité des femmes et des hommes, montre le parcours classique d’une femme victime.

La femme victime peut appeler le 3919 (Violences Femmes Infos) qui est un numéro d’écoute national destiné aux femmes victimes de violences et à leur entourage.
Si besoin, la femme appelle le 115 ; si un hébergement d’urgence est nécessaire c’est le SIAO (Service Intégré d’Accueil et d’Orientation) qui prend cette demande en compte pour trouver une mise à l’abri d’urgence. Il est conseillé à la femme victime de violence de déposer une plainte au commissariat. Si elle le fait, elle sera contactée par l’intervenant social du commissariat afin de pouvoir parler et trouver une solution d’accompagnement global.
Après le premier temps d’urgence, la femme pourra être accueilli au sein d’une structure d’hébergement de moyenne ou longue durée de type CHRS (Centre d’Hébergement d’Accueil et d’Insertion) comme le propose Parenthèse à Dole géré par CoopAgir. Cette association gère aussi une maison relais, un chantier d’insertion, deux magasins de vente de vêtements (Interfringues) et un accueil de jour (Accueil Point Dole).



Des services départementaux prêts à agir

C’est là que s’est rendu le Préfet le mardi dernier afin de visiter les locaux, rencontrer les équipes et écouter les témoignages de femmes victimes de violence. L’une d’elles laissera cet écrit : « J’ai écrit cette lettre pour montrer aux autres victimes qu’avec du courage et de la volonté, beaucoup de patience et mon entourage médical, j’ai pu aller au bout, sans jamais rien lâcher ».

Il est montré que sur le département un autre partenaire important est le CIDFF (Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles) sur Lons-Le-Saunier qui gère aussi un hébergement de stabilisation où les femmes peuvent être accompagnées tant socialement, professionnellement que personnellement.

L'association Juravem (Jurassienne d’Aide aux Victimes Et de Médiation) ou France Victimes 39 située à Lons-Le-Saunier vient en aide aux victimes d'infractions dans tout le département du Jura dont les victimes de violences y compris intrafamiliales. Son rôle est d’abord l’écoute et le soutien psychologique, mais aussi un accompagnement dans les démarches judiciaires ou autres.

Poser un éclairage sur ces différents intervenants sociaux permet de montrer que le département du Jura est dynamique et doté de services prêts à agir dès lors que les personnes et précisément ici les femmes victimes de violence sont en demande d’écoute, d’attention, de remise sur pied afin de trouver la force pour relever la tête et se reconstruire. 


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


Les articles de la semaine

L'Agriculture oeuvre à sa mutation

Des dossiers compliqués mais quelques satisfactions à la clé Lundi dernier s’est tenue la session de la Chambre d’Agriculture du Jura à la Maison des Agriculteurs à Lons-le-Saunier. Ce temps fort de l’année est l’occasion pour ses différents acteurs d'évoquer l’année qui vient de s’écouler ainsi que les diverses actions ou projections futures. Extraits.
Publié le 11/12/2017



Bloc-notes



Les journaux partenaires

© 2013-2017 Hebdo 39 Dole - Auxonne • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales