Hebdo 39 Dole - Auxonne


Les « croqueurs de pommes » au verger Ledoux

  • Jean-Noël Thiebaut à la taille
  • Jean-Noël Thiebaut à la taille
  • Daniel Colas explique la taille
  • Les croqueurs de pommes au verger Ledoux
  • Daniel Dubrez, Président de l’association,
Une trentaine de personnes se sont retrouvées ce samedi après-midi afin d’observer comment tailler et apprendre le pourquoi de ce geste. On pouvait retrouver des habitués cotoyant des débutants. Daniel Dubrez, Président de l’association, accueillit les invités avec simplicité. Il fit une petite introduction sur l’association. Daniel Colas fit un cours plus approfondi et technique sur les différentes tailles tandis que Jean-Noël Thiebaut monta dans le premier pommier pour démarrer les coupes.

 

Le verger Ledoux fut créé en 1996 avec 20 pommiers, 4 poiriers, 7 pruniers et 2 cerisiers. Ce samedi seuls trois des pommiers furent retenus pour la taille d’entretien ou taille fruitière. Les pommiers ont déjà été taillés en 2016. L’un d’entre eux est de la variété Rambour d’automne et les deux autres sont des Reinettes de France, pommes dites « à couteau ».

La taille des vieux pommiers se fait entre janvier et février. En effet, l’acrotonie est un phénomène naturel où l’arbre développe, en priorité, les derniers bourgeons de la pousse de l’année précédente. S’il n’y a pas de taille, la végétation pousse vers le haut au détriment de la base qui se dégarnit. Ces rameaux verticaux vont vite se courber sous le poids des pommes et devenir horizontaux voire descendants et ce même phénomène se produit d’année en année si l’arboriculteur n’intervient pas, à tel point que l’air et la lumière ne passeront plus. Plus la dernière taille est ancienne, plus la nouvelle doit être sévère, même s'il vaut mieux procéder progressivement à la coupe sur deux années. De plus, il faut éviter les travaux de taille durant la période de végétation, quand il pleut et surtout durant le gel, la cicatrisation se faisant plus difficilement.  


Comment tailler ?


Les conseils qui peuvent être donnés, c’est de commencer par enlever le bois mort, les branches malades ou parasitées, sauf celles qui forment la charpente car pour ces dernières il vaut mieux gratter les parties atteintes, désinfecter et recouvrir d’un cicatrisant. En dernier lieu, il suffit de couper les branches qui poussent vers l’intérieur. Après cela, la première étape est terminée et le pommier a déjà meilleure allure. Dans un deuxième temps, on affine en coupant les branches trop hautes, trop basses ou mal placées, les rameaux parallèles, trop proches l’un de l’autre et ceux qui gênent la pénétration de la lumière. Sur les branches restantes qui fructifient, supprimer la partie descendante en s’arrêtant à un rameau plus jeune, sans couper le bourgeon terminal de la branche. Ces différentes tailles vont permettre à l’arbre de retrouver son esthétisme, de retarder son vieillissement, lui donner de la vigueur pour lutter contre les ravageurs et lui permettre de produire des fruits plus gros et plus colorés.

La taille d’entretien se fait sur tout type d’arbres par contre la « grosse » taille ou taille de restauration sur les vieux arbres réussit bien sur les spécimens à pépins, comme ici les pommiers. Cela est plus délicat sur les arbres à noyaux comme le cerisier car il va se former une gomme néfaste pour l’arbre et sa production. Quand l’arbre est trop vieux il vaut mieux récupérer des greffons sur les rejets et prévoir « une relève » dans un coin du jardin.

Daniel Dubrez précise : « Nous menons une grosse opération « bourse aux greffons » le dimanche 11 mars à l’ancienne salle des fêtes de Champvans avec une proposition de plus de 150 variétés alors venez trouver l’espèce que vous pourrez installer dans votre verger ».


Contact
 :

Croqueurs de Pommes Jura-Dole et Serre
Daniel Dubrez
Tél : 03.84.72.83.64
Mail : d.dubrez@free.fr ou croqueursjds@free.fr
Site : http://croqueursjds.free.fr   


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


Les articles de la semaine

Le bio vendra-t-il son âme au diable ?

« Nous sommes arrivés à un carrefour, je crains qu’émerge une agriculture bio à deux vitesses » "Il est beau mon bio, il est beau !" : sur les marchés comme ailleurs, nul besoin pour les producteurs de chanter les louanges de leurs produits. Le bio se vend bien, un phénomène en croissance exponentielle, mais ce succès pose de nombreuses questions.
Publié le 20/08/2018



Bloc-notes



Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Dole - Auxonne • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales