Hebdo 39 Dole - Auxonne


Rencontre avec Dominique Gille, maire de Tillenay

  • Dominique Gille, maire de Tillenay.
  • Dominique Gille, maire de Tillenay.
  • Dominique Gille et Marie-Paule Tarteret 1ère adjointe, devant la salle des fêtes en rénovation.
Située en bord de Saône, à 10 km du département du Jura, à 4 km de l'accès autoroutier A39 et à 30 km de Dijon, la commune de Tillenay s'étend sur une surface de 606 hectares et compte 783 habitants appelés les tilliniens. Rencontre avec le maire Dominique Gille, qui effectue son premier mandat.

Dominique Gille, pouvez-vous nous décrire votre commune ?

Nous avons une spécificité, c'est que nous avons une gare qui ne s'appelle pas gare de Tillenay mais gare d'Auxonne, oui, la gare d'Auxonne est située sur la commune de Tillenay, c'est une petite commune de 606 hectares dont 92 de forêts. Nous sommes en bord de Saône, mais on ne craint pas les inondations même si le centre du village est situé à 200 mètres, nous sommes sur un lèger dénivellé. Aussi, la commune peut offrir de nombreuses posibilités de construction par rapport aux Maillys ou à Labergement-les-Auxonne par exemple. Nous avons passé les 780 habitants, un chiffre en augmentation de 2 % sur vingt ans. Nous avons une école qui se porte bien avec 89 élèves répartis dans quatre classes, de la petite section de maternelle au CM2, soit deux niveaux par classe.

Vous avez des commerces, des entreprises, des associations ?

Nous n'avons plus de commerce, il y a un restaurant situé au quartier de la gare, deux garages, un serrurier, deux électriciens, un plombier et deux menuisiers. Sept associations animent le village : le club de football, Tillenay Loisirs, l'Amicale de Tillenay, Les Décapsuleurs (club carnavalesque), Tilly Girl's (majorettes), le club de chasse et « Bouge ton école » créée à l'initiative des parents d'élèves et des professeurs. C'est une association qui tourne, bien, entre parents, enfants et enseignants, leurs manifestations permettent de financer les sorties, la commune finançant le matériel scolaire.

Des travaux sont-ils en cours ?

Pour 2018, le gros morceau c'est l'extension et la rénovation dans tous les domaines et la mise aux normes de la salle des fêtes qu'on a rebaptisée salle ERL, Espace Rencontre Loisir. Le coût s'élève à 470 000 HT, dont 40 % subventionné par l'état (DETR), le Conseil départemental et le Siceco pour la qualité de l'isolation.

Toujours en 2018, la moitié de l'éclairage public a été changé pour un éclairage Led. L'autre moitié sera changée lors du 2e semestre.

Des projets ?

Oui, l'aménagement rue de l'Abreuvoir de la place entre l'église et l'école. On en profite pour effectuer la mise aux normes pour les personnes en situation de handicap et un aménagement pour sécuriser les arrivées et les sorties d'école qui posent problème avec le stationnement. Le busage des fossés de la Grande rue est aussi en projet. Nous avons aussi acheté un terrain de 630 m2 jouxtant l'école, pour agrandir la cour de récréation, nous allons l'aménager progressivement, les travaux débuteront à l'automne. Toujours à l'école, après un diagnostic énergétique réalisé par le Sicéco début juillet sur les bâtiments, il est prévu des travaux d' isolation et de rénovation en 2019.

Quelles sont les grandes satisfactions de ce mandat ?

D'avoir réussi à mener à bien les travaux de rénovations et d'extension de la salle des fêtes, cela nous a coûté la démission de deux adjoints, le 1er et le 2e, qui voulaient une extension où il ne fallait pas... Cela allait contre les intérêts de la commune. Ce projet est le fruit d'une grande réflexion, et non pas d'une politique au jour le jour.

Des mauvais points ?

Oui, le remembrement clôturé en 1992, avec une application au compte-gouttes depuis 25 ans qui nourrit une mauvaise ambiance au sein du village.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


Les articles de la semaine

Le Jura, terre de contestation

Contre le coût de la pompe, le coup de la panne... A l'heure où les initiatives "citoyennes" peinent à rassembler quelques dizaines de personnes, Fabrice Schlegel, initiateur du groupe facebook "de l'essence de la contestation" est parvenu, vendredi dernier à Dole, à réunir plus de 700 soutiens à son indignation. Explication d'une exaspération croissante, véritable phénomène de société qui semble se répandre comme une traînée de poudre dans notre région rurale, et bien au delà.
Publié le 12/11/2018



Bloc-notes



Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Dole - Auxonne • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales