Hebdo 39 Dole - Auxonne


Rencontre avec Sébastien Sordel, maire de Tréclun

  • Sébastien Sordel, maire de Tréclun
  • Sébastien Sordel, maire de Tréclun
  • Sébastien Sordel devant sa mairie.
Tréclun est un petit village d'environ 500 habitants où la jeunesse et l'esprit village semble faire bon ménage. Rencontre avec Sébastien Sordel, maire depuis 2008 et vice-président de la Communauté de communes CAP Val de Saône où il préside la commission Enfance-Jeunesse-Petite Enfance.

Située sur le canton d'Auxonne, la commune de Tréclun s'étend sur une superficie de 570 hectares essentiellement agricole. Sébastien Sordel, agriculteur, en est le maire depuis 2008, il effectue son deuxième mandat et à 43 ans, reste le plus jeune maire du canton d'Auxonne.

Ce petit village conserve son école avec deux classes de CM1 et CM2 (en RPI avec Pluvet et Soirans) et pour cause :

«La moyenne d'âge de la population est de 34 ans, nous avons 120 enfants de moins de 12 ans et seulement une cinquantaine d'habiants de plus de 65 ans. C'est une spécificité du village. Il y a beaucoup de jeunes primo-accédants. Toutes les maisons qui devaient être réhabilitées l'ont été et tout c'est fait dans les quinze dernières années. En fait, par rapport au territoire, le village s'est développé assez tardivement d'où la moyenne d'âge très basse », indique Sébastien Sordel.

L'esprit village

Il y règne un bon esprit « village » : « Nous faisons, par exemple, une grande fête du 14 juillet où tout le monde est invité et nous avons environ 300 à 350 participants, les animations sont en lien avec l'âge de la population, comme la piscine à mousse la dernière fois. Nous essayons de faire participer le maximum d'habitants aux différents travaux comme l'élagage des platanes récemment, les gens viennent parce qu'il y a une bonne ambiance », se réjouit le maire.

Des projets

« Nous sommes conscients du renforcement des compétences des Communautés de communes et que celle des communes vont disparaître. Aussi, on voudrait, d'ici la fin du mandat en 2020, doter la commune de tous les services auxquels on peut accèder quand on a une population comme la notre.  Par ailleurs, il est en projet de mettre en place un local communal, point central de livraisons pour regrouper des commandes faites sur internet par exemple, ou pour des opportunités d'achat ou un dépôt de pain. Ce sont vraiment des services adaptés à la vie d'aujourd'hui qu'on recherche. On s'est rendu compte aussi qu'il y avait des habitants qui avaient des « combines » ou des connaissances dans un domaine ou un autre, ils pourraient les mettre en commun. Ce local serait aussi annexé avec les commerces ambulants, je pense au camion à pizza, à la coiffeuse qui vient avec sa caravanne, ce serait aussi un endroit pour échanger, créer un peu d'animation autour de ces commerces ambulants », explique le maire.

Autre projet : la réhabilitation de la salle des fêtes qui est déjà en cours, avec une mise aux normes, une salle plus grande, moderne et climatisée. La création de six logements en duplex dans un ancien corps de ferme acheté par la municipalité : « Le but est d'avoir un renouvellement de la population de jeunes couples, puis leur donner envie de rester au village, soit en achetant ou en faisant construire », avoue le premier édile.

 

Une chaufferie urbaine au bois pour l'ensemble des bâtiments communaux

 

L'installation prochaine d'une chaufferie urbaine au bois pour chauffer l'ensemble des bâtiments communaux est également à l'ordre du jour :

« Cette installation est fortement aidée avec 80 % de subventions. Nous sommes sur des montants en investissement assez importants, 700 000 € pour les logements, 350 000 € pour la salle des fêtes et 100 000 € pour la chaufferie bois avec le réseau d'eau chaude. On prend le temps d'obtenir des subventions, aussi nous comptons sur plus de 60 %. A noter que nous menons tous ces travaux sans avoir augmenté la fiscalité depuis 10 ans  », poursuit le premier magistrat.

Lequel en tant que  président de la commission Enfance-Jeunesse-Petite Enfance au sein de la CAP Val de Saône conclut :

« Nous souhaitons continuer à apporter les services que nous avons apporté jusqu'à présent et développer des services sur de nouveaux publics comme les ados par exemple. Cette année, beaucoup d'autres actions vont se mettre en place pour la jeunesse notamment sur la connaissance de leur territoire. Le but dans cette nouvelle organisation est de monter en gamme dans l'animation et la valeur éducative appoortée aux enfants pendant les temps d'accueil ».


Pas d'église, pas de cimetière ...?

« Nous avons l'habitude de la mutualisation avec l'école en RPI avec Pluvet et Soirans depuis 1970, mais la première chose qu'on a eu en commun, c'est l'église qui est à Champdôtre comme le cimetière, le château d'eau...», explique Sébastien Sordel, qui s'en réjouit : « Finacièrement, c'est vraiment une chance pour nous, quand je vois mes collègues qui ont un budget assinissement, réseaux d'eau, ou bien église où rien que de refaire le toit, ça coûte une fortune ... ».


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Dole - Auxonne • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales