Hebdo 39 Dole - Auxonne

Trois questions à Jean-Philippe Richard

  • Jean-Philippe Richard, nouveau président du MEDEF Bourgogne Franche-Comté.
  • Jean-Philippe Richard, nouveau président du MEDEF Bourgogne Franche-Comté.
En pleine actualité suite à la prochaine réorientation du Code du Travail, le nouveau président du MEDEF Bourgogne Franche-Comté reste dans l'attente de mesures plus concrètes. Tout en s'avouant confiant pour l'avenir, mais dubitatif face à la réforme du CICE, entre autres...

Jean-Philippe Richard, vous venez d'être nommé nouveau président du MEDEF Bourgogne Franche-Comté. Comment envisagez-vous concrètement et localement "défendre les intérêts de l'entreprise", et "diffuser la culture de l'entrepreneuriat" ?

Chef d’entreprise depuis plus de 25 ans, Président du Medef Nièvre depuis 4 ans et membre du Conseil Exécutif du Medef national depuis 2 ans et demi, je souhaite mettre mon expérience d’entrepreneur acquise au fil des années et dans le cadre de mes différents mandats au service de nos territoires.

Pierre Gattaz m’a confié une mission : la revitalisation des territoires ruraux. Et cette thématique me passionne !

En tant que Président du Medef Régional Bourgogne Franche-Comté, j’aurai à cœur de travailler sur une dynamique économique de notre région et de promouvoir l’entrepreneuriat, en concertation avec les Medef Territoriaux, les Branches professionnelles et les élus qui ont en charge la compétence économique.

 

Quelle est votre position sur la réforme du Code du Travail, actuellement menée par le gouvernement et qui semble fédérer contre elle, un nombre non négligeable de Français mécontents ? 

Le Président Macron veut impulser une dynamique qui témoigne d’une volonté de modifier les choses. Des mesures semblent intéressantes. Actuellement, nous sommes dans l’attente. Nous sommes dubitatifs face à la réforme du CICE, par exemple. La réforme du Code du Travail annoncée nous semble bonne. Mais nous sommes vigilants sur la manière dont les mesures seront déclinées.

 

Dans une France en mutation, où le travail salarié est amené à se raréfier, avec certaines conséquences néfastes que l'on connait (précarité permanente, protection sociale quasi-inexistante, retraite dérisoire, etc...), quel est selon vous, le bon modèle social à adopter afin qu'employeurs et employés puissent y trouver chacun leur compte, et envisager ensemble leur avenir avec optimisme ? 

Je suis très confiant. Pour 99.9 % des chefs d’entreprise, ce qui les anime c’est fédérer leurs collaborateurs autour d’un projet commun. Les entreprises ne peuvent fonctionner sans leur adhésion.
Nous sommes à la recherche constante d’une synergie parfaite entre dirigeants et collaborateurs. Les enquêtes nous informent que les salariés sont majoritairement satisfaits de leurs conditions de travail et de leur relation avec leurs patrons. Travaillant dans les secteurs RH, je suis persuadé que le développement des entreprises et donc le dynamisme économique de la France, passe par la gestion des collaborateurs.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


Les articles de la semaine

L'Agriculture oeuvre à sa mutation

Des dossiers compliqués mais quelques satisfactions à la clé Lundi dernier s’est tenue la session de la Chambre d’Agriculture du Jura à la Maison des Agriculteurs à Lons-le-Saunier. Ce temps fort de l’année est l’occasion pour ses différents acteurs d'évoquer l’année qui vient de s’écouler ainsi que les diverses actions ou projections futures. Extraits.
Publié le 11/12/2017



Bloc-notes



Les journaux partenaires

© 2013-2017 Hebdo 39 Dole - Auxonne • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales