Hebdo 39 Dole - Auxonne


Voeux du maire de Villers-les-Pots : une année 2017 à oublier

  • Christian Seichon, maire de Villers-les-Pots.
  • Christian Seichon, maire de Villers-les-Pots.
  • Les personnalités présentes.
  • Le conseil municipal de Villers-les-Pots.
Jeudi dernier, Christian Seichon, maire de Villers-les-Pots, entouré des adjoints et des conseillers, a présenté les vœux de la municipalité. L'occasion pour lui de revenir sur une année 2017 qu'il a qualifiée de "catastrophique pour la commune". Mais l'équipe municipale ne baisse pas pour autant les bras, preuve en est la multitude de projets pour 2018 présentés par le premier édile.

Avant même de saluer les personnalités présentes, parmi lesquelles Nathalie Roussel conseillère régionale, les Conseillers départementaux Dominique Girard et Marie-Claire Bonnet-Vallet également présidente de la CAP Val-de-Saône, le sénateur François Patriat, et de nombreux élus du cantons,  Christian Seichon est revenu sur une année 2017 qu'il aura certainement du mal à oublier.

Une année 2017 catastrophique

« 2017 a été catastrophique pour notre commune. Malgré mon combat perpétuel, je n’ai pu empêcher la fermeture de la gare, le départ de notre médecin, de notre boulanger et l’abandon du projet de ZAE. Dans tous ces cas la municipalité avait investi pour favoriser ces projets et quelles que soient les raisons de leurs suppressions, personne n’est venu nous demander l’effort financier consenti par la municipalité pour favoriser l’implantation de ces services. Il y a eu dans certains cas un manque d’égard, un manque de respect, un manque de vision. Nous entendons de belles paroles au-dessus de nous. Je demande à tous et même à l’état de dire la vérité aux français. La ruralité gêne et comme je l’ai toujours dis, elle ne se résume pas à des chiffres arithmétiques et à des statistiques. Je continuerai mon combat avec mon Conseil », lançait le premier édile.

Outre ces déboires, 2017 a été, malgré tout, une année riche en travaux.
« Beaucoup de ces travaux ont été financés avec des aides du Conseil Départemental, de l’état et une réserve parlementaire de notre sénateur François Patriat et même la Société Eqiom propriétaire de la gravière », indiquait Christian Seichon.

Les projets pour 2018

Pour 2018, certains projets seront réalisés sous réserve d'octroi de subvention.
« Nous attendons la notification du Conseil départemental pour une subvention pour terminer la rue Courtot Girard. Nous attendons la décision du CNDS qui devrait participer au financement d’un City stade près des écoles, vers le verger conservatoire. Il faudrait terminer la réfection du toit du bâtiment du périscolaire. Nous devrons réfléchir sur l’agrandissement éventuel de la salle des fêtes et sur l’isolation phonique et thermique côté ouest et d’autres projets seront apportés en réunion de travail par le Conseil municipal. Chacun devra apporter ces idées et devra débattre mais faisons attention à nos décisions car c’est l’organisation territoriale qui pose aujourd’hui problème», analysait Christian Seichon.

« Quelle est la pérennité de l’échelon communal ? »

« Nous ne pouvons bâtir de projets sérieux d’aménagement dans un perpétuel changement d’attribution de compétences et de périmètre de coopération intercommunale. Nous avons besoin de stabilité pour envisager sereinement l’avenir. Quelle est la pérennité de l’échelon communal ? Nous l’avons vu en 2017 d’autres décident pour nous et souvent trop rapidement sans discussions préalables avec la commune. Si demain la commune perd toute forme de pouvoir, même sur la fiscalité c’est la confiance de nos concitoyens envers leurs élus qui s’évanouirait. Nos communes sont et doivent rester des lieux de vie, de proximité et donc d’épanouissement. Le bien vivre ensemble c’est partager des valeurs, c’est partager des projets, c’est partager des moments de vie ordinaire, c’est tout simplement appartenir à une communauté qui choisit et maîtrise son destin. C’est dans cet esprit que nous œuvrons et c’est dans cet esprit que nous abordons 2018 », concluait le maire, non sans pragmatisme et lucidité intellectuelle. Ce qu'il convient de souligner.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


Les articles de la semaine

Le Jura, terre de contestation

Contre le coût de la pompe, le coup de la panne... A l'heure où les initiatives "citoyennes" peinent à rassembler quelques dizaines de personnes, Fabrice Schlegel, initiateur du groupe facebook "de l'essence de la contestation" est parvenu, vendredi dernier à Dole, à réunir plus de 700 soutiens à son indignation. Explication d'une exaspération croissante, véritable phénomène de société qui semble se répandre comme une traînée de poudre dans notre région rurale, et bien au delà.
Publié le 12/11/2018



Bloc-notes



Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Dole - Auxonne • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales